Eloléo à l’honneur dans Memento !

Le 11 décembre 2018

Memento, le fameux magazine économique de la Réunion, nous a fait l’honneur d’être dans leur numéro de décembre. Article à découvrir en entier ci-dessous.

ETAT DES LIEUX DE LA FOOD TECH EN FRANCE. Il y a encore deux ans, la Food Tech en France était très en retard en comparaison avec ses voisins allemands et anglais. Mais en 2018, celle-ci représente près de 500 start-up. C’est aujourd’hui un écosystème pluriel et mouvant, avec des entreprises qui se créent tous les jours et d’autres qui disparaissent. Allant de la fourche à la fourchette, la Food Tech fait partie des 9 réseaux thématiques de la French Tech.

Pendant longtemps, développers et ingénieurs se sont penchés sur le potentiel des applications phygitales, c’est-à-dire des outils numériques dévoués à des services physiques. Elles sont nombreuses déjà à exister dans la fintech et dans l’e-santé, mais jusqu’à récemment, elles étaient moindres dans la food tech.

CONCOURS NATIONAL. Le ministère de l’Agriculture a donc voulu développer ce potentiel mis en lumière dans divers rapports, dans un concours inédit en 2017 : “Les Digitag Challenges”. Le but ? Inviter start-up, chercheurs, professionnels de l’agriculture, développeurs et étudiants à réfléchir sur les services numériques de demain qui dynamiseront l’innovation autour du monde agricole. A La Réunion, c’est Qualitropic qui a mené les sélections dans lesquelles on retrouvait Eloléo : une application mobile qui met en relation le consommateur et le producteur, pour une vente de produits issus de l’agriculture et de l’artisanat local, le tout en circuit ultra-court. L’outil a été imaginé par Fabien Degieux et Thomas Craipeau de All Over App.

DOUBLE EN JEU. C’était en juillet 2017. En plus de séduire local, l’équipe péi et son projet ont terminé le challenge parmi les quatre lauréats, ce qui leur a permis par la suite d’être accompagnés pour la maturation du projet. Un an plus tard, en juin 2018 pour être exact, c’est chose faite : l’application Eloléo est officiellement mise en route, téléchargeable via les différents systèmes d’exploitation. “Ce lancement, il faut le dire, a aussi été possible grâce au GAL (Groupement d’Action Locale) Grand Sud, qui soutient la structure financièrement“, précise Fabien Degieux. Ainsi, depuis quelques mois, consommateurs locaux et touristes peuvent en fonction de leur géolocalisation trouver les produits de leur choix, dans un rayon maximum de 25 km. En plus de satisfaire la demande locale, Eloléo s’adresse aussi au public extérieur grâce à un volet agrotourisme qui cible aussi les herbagements, l’artisanat et certaines activités.

DIFFÉRENTS OUTILS. Ici, les enjeux sont doubles, c’est-à-dire qu’ils sont à la fois au service du client qui peut trouver en quelques clics “une offre de qualité, mais c’est aussi l’occasion pour les professionnels de faire valoir leur produit et leur savoir-faire, de mettre en avant le terroir de l’ile de La Réunion“, poursuit le concepteur. En tout, ce ne sont pas moins de 80 producteurs recensés, dont la grande majorité provient de l’agriculture – le reste étant affilié au secteur de l’artisanat et de l’écotourisme, pour 1.500 offres, essentiellement basées dans le Sud. En plus d’une mise en relation directe, l’application Eloléo met à disposition différents outils, dont une plateforme d’e-commerce et la possibilité de “suivre” les producteurs via un fil d’actualité et notifie en direct des nouveautés et disponibilités d’un produit – dont des paniers composés.

AMAZON RURAL. Pour la mise en place de cette offre de qualité, Eloléo réalise un véritable travail de terrain, notamment grâce au recrutement en CDD de Maëva et Jean et du prospect réalisé : “Avant d’inscrire un producteur à l’application, celui-ci doit remplir 3 critères : 1) être professionnel, c’est-à-dire être recensé via un SIRET, 2) disposer d’un point de vente en direct – sur l’exploitation et/ou en boutique, 3) et de ne vendre que ce qu’il produit“, explique la jeune femme. Pour les concepteurs d’Eloléo, c’est une façon de s’assurer de la traçabilité du produit (ni import, ni regroupement), mais aussi de ne pas ubériser la profession. En véritable start-up qui ambitionne de devenir l’Amazon rural, Eloléo espère séduire au-delà des frontières de l’île et proposer ses services d’ici 2019 à certaines régions de l’Hexagone (Languedoc notamment) où ce lien entre terroir et consommateur représente une forte demande. D’ici là, l’application propose, afin de mieux se faire connaître, des colis en partenariat avec DHL au prix fixe de 49€ dont 22 de marchandises. Avec cette application, All Over App montre d’une façon efficiente comment recréer le lien entre producteur et consommateur.

Cet article a initialement été posté sur notre page Facebook