Circuit court : Découvrez sa vraie définition !

Le 4 janvier 2019

Aujourd’hui, le mot circuit court est à la mode : Il ne se passe pas une journée sans qu’on entende parler dans les médias de ce nouveau mode de consommation, que ce soit dans le commerce, le tourisme, l’habitat, le recyclage ou plus précisément pour ce qui nous intéresse ici, dans l’alimentation. Mais qu’est-ce exactement un circuit court ?

Quels sont les ratios qui permettent d’identifier une chaîne de distribution traditionnelle d’un circuit court ? En quoi Eloléo va encore plus loin qu’un circuit court traditionnel ? C’est ce à quoi nous allons tenter de répondre au travers de cet article.

Comme précisé précédemment, nous nous intéresserons dans cet article uniquement aux circuits courts dans l’alimentation, et plus précisément dans l’agriculture. Vous comprendrez que les autres domaines où la chaîne de distribution peut être qualifiée de circuit court ne sont pas en adéquation avec la thématique d’Eloléo !

Si l’on prend la définition du ministère de l’Agriculture, un circuit court est un circuit de distribution dans lequel intervient au maximum un intermédiaire entre celui qui produit le bien vendu et le consommateur final. De même, la distance entre producteur et consommateur doit être réduite, et bien que non définit par le Ministère de l’Agriculture, on s’accorde à donner un périmètre de 300 kilomètres maximum entre le lieu où est créé le produit et celui où il sera acheté.

De notre point de vue, ce périmètre est bien trop élargi, et augmente considérablement l’empreinte carbone d’une simple salade ou même d’une confiture artisanale… mais nous y reviendrons à la fin de cet article !

Il existe plusieurs types de circuits courts

La vente en direct, qui est selon nous le meilleur moyen de consommer aujourd’hui dans une démarche de durabilité. Ainsi, le producteur vend lui-même son produit au consommateur final. Le seul problème, c’est l’identification du producteur par le consommateur. En général, ce type de vente se réalise sur les marchés forains, ou alors directement à la ferme, mais encore faut-il savoir où elle se trouve…

Les avantages de cette vente en direct sont doubles : une traçabilité optimale, puisque c’est le producteur lui-même qui vend ses propres produits au client final, et une meilleure fixation du prix : avec zéro intermédiaire, celui-ci est le prix réel de la marchandise tel que l’agriculteur l’a fixé : personne d’autre ne va rajouter sa propre commission et gonfler votre note !

La vente à des collectifs est également considérée comme un circuit court, car n’intervient qu’un seul intermédiaire. Ces collectifs peuvent être des associations (type AMAP), ou des marchés organisés par des plateformes professionnelles (type Ruches qui dit oui) ou des boutiques associatives ou coopératives (type locavore).

Ces modes de consommations possèdent des avantages certains : les produits sont de qualités, et vous trouverez en général de nombreuses références. En revanche, de nombreux freins sont à signaler :

  • Manque de traçabilité, parfois vous trouvez les bons produits qu’il vous faut, mais ne savez pas vraiment à qui ils appartiennent.
  • Manque de spontanéité : Souvent, dans les marchés de plateforme ou les AMAP, vous devez passer commande quelques jours au préalable, puis venir à tel jour tel heure pour récupérer votre marchandise. Vous pouvez aussi parfois devoir vous engager sur la durée, et payer à l’avance.
  • Les prix pratiqués : il faut savoir que les agriculteurs qui participent aux marchés de plateforme notamment doivent reverser une commission (allant parfois jusqu’à 20%) à ladite plateforme. Bien entendu, il va (et c’est logique) rajouter ces 20% au tarif réel de sa marchandise.

Eloléo : Au-delà du circuit court

Lorsque nous avons réfléchi à Eloléo, le but a tout de suite été de digitaliser la mise en relation directe. Selon nous, les technologies embarquées dans nos smartphones peuvent apporter plus de souplesse à ce type de commercialisation qui est selon nous le meilleur moyen de consommer aujourd’hui.

En effet, en utilisant la géolocalisation et les notifications en temps réel, dans un premier temps nous pouvons ainsi identifier qui sont les agriculteurs proches de vous (le rayon de mise en relation d’Eloléo est de 1 à 25km) et ce qu’ils peuvent vous proposer à acheter en direct. Ainsi, même en dehors des marchés forains vous pourrez retrouver vos agriculteurs préférés facilement et leur passer commande en direct tout au long de la semaine !

Le deuxième but était de lever les différents freins liés à la mise en relation physique, et permettre aux producteurs et consommateurs de se retrouver quand bon leur semble, et d’acheter à l’avance les produits afin de pouvoir les récupérer à un point relai par exemple.

Enfin, nous souhaitions offrir aux agriculteurs un moyen efficace de communiquer : grâce à Eloléo, ils peuvent publier des actualités à tous les consommateurs qui sont devenus “fan” d’eux sur l’application : annoncer leurs nouvelles offres, nouveaux produits, des promotions, bref, qu’ils deviennent véritablement acteur de leur communication.

En conclusion, nous souhaitons avec Eloléo donner aux producteurs un moyen technologique et performant pour faciliter et augmenter ses ventes en direct. Bien entendu, les marchés forains seront toujours d’une grande utilité, mais ils sont contraignants pour les producteurs qui en font parfois jusqu’à 3 voir 4 par semaines : autant de jours à ne pas être dans son champ pour travailler ses récoltes. Avec Eloléo nous espérons lui offrir plus de temps libre et moins de contraintes, tout simplement !