Tout savoir sur le bio à la Réunion !

Le 31 janvier 2019

Comme nous l’avions vu dans un précédent article sur les modes de consommation durable, les produits bio sont sollicités par 85% des Français qui souhaitent leur essor ! Face à ce raz de marée, il nous a semblé intéressant de proposer un focus sur l’agriculture biologique : comment est-elle produite, quelles garanties offre-t-elle, et surtout comment la distinguer des autres produits ? Alors si vous aussi vous faites partie de cette grande majorité de français à souhaiter l’essor de cette filière, cet article est pour vous ! Pour les autres, restez quand même, peut-être arriverons-nous à vous convaincre de vous y intéresser.


Qu’est-ce que l’agriculture biologique ?

L’agriculture biologique est un mode de production agricole réglementé par un cahier des charges européen précis et strictement contrôlé. Ce cahier des charges propose un ensemble de pratiques agricoles respectueuses des équilibres écologiques, du monde animal, de la santé, et de l’autonomie des agriculteurs. Un autre point tout aussi prépondérant est la volonté de l’agriculture bio à préserver les sols, les ressources naturelles et l’environnement sur le long terme. Le but de l’agriculture biologique est de pouvoir nourrir la planète entière, autant quantitativement que qualitativement.

L’agriculture biologique est donc un mode de production différent pour l’agriculteur. Tout d’abord, ses terres doivent passer par une phase de conversion, c’est-à-dire une période pendant laquelle il doit respecter les règles de production avant de pouvoir déclarer les produits qu’il commercialise comme biologiques. Cette période varie de 2 à 3 ans selon les productions. À partir de la deuxième année, il peut toutefois indiquer sur ses produits la mention “En conversion”.

L’agriculteur est surtout soumis à un ensemble de règles éthiques qu’on pourrait présenter comment étant les axiomes de la culture biologique. Par exemple, l’agriculteur doit favoriser la production d’espèces et de variétés adaptées à ses conditions locales. Il doit lutter de manière naturelle contre les ennemis des cultures, et bien entendu ne pas utiliser de produits chimiques de synthèse, que ce soit pour fertiliser, traiter ou désherber. Pour la production animale, il doit privilégier le plein air, fournir une alimentation biologique à ses bêtes, et lutter par des médecines alternatives contre les maladies.

La philosophie de l’agriculture biologique repose au final à surtout du bon sens : On nourrira le sol afin qu’il nourrisse à son tour la plante, au lieu de nourrir directement la plante par des engrais chimiques pour qu’elle pousse plus vite. C’est tout un écosystème à mettre en place, parfois il prend du temps, et comme tout écosystème il a sa fragilité, et peut être brisé à tout moment. Mais au final, il sera plus résistant, plus durable et surtout meilleur pour la santé des consommateurs.

Les garanties d’une qualité bio

Un agriculteur ne pourra pas du jour au lendemain déclarer unanimement que sa production est bio. Bien entendu, certains agriculteurs produisent depuis de nombreuses années en agriculture saine, sans produits chimiques et donc en total raccord avec les règles présentées ci-dessus, mais malheureusement il ne pourra pas décréter pour autant que ses produits sont bio (même si au final ils sont de même qualité, voir même meilleurs sur certains points).

Pour qu’un agriculteur puisse déclarer que ses produits sont bio, il lui faut la certification délivrée par l’un des 6 organismes certificateurs nationaux. Cette certification est valable tous les ans, donc elle fait l’objet d’un contrôle annuel, et peut très bien être retirée si lors de ce contrôle il est avéré que la production ne remplit plus le cahier des charges de l’agriculture biologique. Les organismes certificateurs sont indépendants et agréés par les pouvoirs publics. Le plus souvent, les contrôles sont effectués à l’improviste.

Une fois la certification obtenue, elle donne droit à apposer le logo AB. À ce moment, le consommateur en voyant ce logo sait que l’aliment est à 100% bio ou lorsque qu’il est transformé, il est composé de plus de 95% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique.

Le bio à la Réunion

La DAAF a publié une enquête sur l’agriculture bio à la Réunion en mars 2017. Il apparaît que la Réunion est le département d’outre-mer où la filière bio est la plus développée. La Réunion compte près de 200 producteurs bio, et la surface engagée en agriculture biologique a plus que quadruplé en moins de 10 ans, avec un taux de progression de +25% contre +17% en France métropolitaine.

La majorité des exploitations sont à dominante fruitière et maraîchère. Ces deux types d’exploitation représentent à elles seules plus de 55% de la superficie. Viennent ensuite la vanille (12%), la canne à sucre (6%) et le reste en élevage divers, dont l’apiculture.

En termes de volume de production, 2 200 tonnes de fruits et légumes bio sont produits chaque année.

Eloléo vous propose de partir à la rencontre des producteurs bio !

Sur Eloléo, nous avons référencé une quinzaine de producteurs bio sur le sud de la Réunion. Retrouvez-les en téléchargeant l’application. Vous pouvez choisir la commune de votre choix et faire une recherche de produit avec le mot clé “bio” !